top of page

Qui veut que ça change ?



Décidément, je suis (très) fan de cette image que j'utilise souvent lors d'interventions.

En général, je la présente en trois temps :

  • la première partie (en haut) provoque des acquiescement du genre "oui, c'est évident"...

  • la deuxième suscite quelques rires un peu gênés...

  • quand à la troisième, elle provoque de francs éclats de rire des personnes (souvent en responsabilités) qui se reconnaissent dans cette problématique : comment peut-on conduire le changement avec des gens qui le réclament et n'ont pourtant pas envie de bouger, eux ?

Mais...

Le véritable enjeu aujourd'hui ne consiste-t-il pas à reconnaître que chacun de nous est concerné par ces trois questions ? Et du même coup, se demander : qu'est-ce qui fait que le changement est si difficile pour moi ? ou plus exactement : Suis-je capable de reconnaître et nommer les points qui sont difficiles à changer, chez moi ?

Reconnaître ses propres peurs, ses propres doutes conscients et inconscients, mieux comprendre notre propre fonctionnement, c'est le commencement de la transformation et du changement, car cela nous donne les clés pour mieux comprendre les peurs et les freins des autres et ainsi, commencer à bâtir un "nous" qui autorise le changement désirable et acceptable collectivement...


Tant que le problème "c'est les autres", rien n'avancera.



15 vues0 commentaire

Comments


bottom of page